vendredi 26 juin 2015

Pourquoi je t'aime comme ça et lui autrement



Quand je t'ai mis au monde, mon coeur s'est gonflé de fierté. Je te trouvais tellement beau, tellement réussi. On avait bien travaillé avec ton Papa. Je t'aimais déjà dans mon utérus mais là de te voir, te sentir, pouvoir te toucher, c'était plus concret et tellement plus fort. Je mettais un visage sur ton prénom, un visage sur cette myriade de cellules que j'ai couvé 9 mois aussi précieusement que possible. Cette grossesse-ci j'aurai voulu qu'elle dure toujours pour te garder à moi seule, ne pas te partager. C'est égoïste. Je suis égoïste, sinon tu ne serais pas là, dans ce monde de fous. Mais j'ai tellement aimé te porter et te sentir remuer en moi.

Quand je l'ai mis au monde, je l'ai comparé à toi, aux souvenirs que j'avais de ton visage de nourrisson et je l'ai trouvé moins beau. Plus chevelu. Et plus tard, j'ai aimé ça qu'il soit différent de toi. Tu as toujours battu des records de sommeil mais il n'était pas en reste. Et si à la maternité j'ai si peu eu le loisir de voir tes yeux ou de t'entendre miauler, lui rugissait tel le petit lion qu'il est astrologiquement parlant. Il savait déjà se faire entendre. Et capturer nos coeurs avec ses sourires à foison. Parce que ce bébé là était joyeux, heureux de vivre, si souriant !

Je t'ai allaité 6 mois, lui 2. Je ne sais pas ce qui m'a pris d'arrêter notre allaitement du jour au lendemain alors qu'il marchait si bien, je le regrette bien souvent. Pour lui je n'ai pas eu le choix, c'était ma vie qui était en jeu et même si je n'ai jamais voulu prendre leur médicament pour arrêter les montées de lait, même si je le tirais alors que j'étais épuisée au fond de mon lit d'hôpital (et qu'il fallait le jeter parce que les antibios passaient dans le lait), il n'a jamais voulu reprendre mon sein lorsque je suis rentrée à la maison, il avait des hauts-le-coeur et j'étais triste que cet allaitement prenne fin si brutalement alors que ni lui ni moi ne l'avions décidé. Mais je me suis résignée et les biberons n'ont pas entâché notre amour ni nos tête à tête durant lesquels il me regardait amoureusement. Regards que je lui rendais bien volontiers.

Nous n'avons pas partagé de peau à peau, avec lui si et ce dès son arrivée sur Terre et durant des heures entières grâce à la sage-femme qui nous avait oublié, très prise par d'autres accouchements. J'ai aimé avoir son petit corps pressé contre le mien, confortablement installé entre mes seins, lui prodiguant ma chaleur pour l'aider à réguler sa température (alors qu'on était début Août et qu'il faisait une chaleur atroce !)

C'est avec toi que j'ai appris à être une maman, c'est avec lui que je réapprends chaque jour car on ne peut pas élever deux êtres complètement différents, aussi frères fussent-ils, de la même façon. Vous avez chacun votre caractère, vos envies, vos joies, vos peines, vos colères et il faut apprendre à les comprendre et les endurer avec vous en prenant en compte votre personne.

Je t'aime différemment. Ce qui veut dire que je l'aime différemment aussi.
Souvent je me sens plus proche de toi parce que tu es plus calme, plus introverti. Peut-être celui qui me ressemble le plus caractériellement parlant. Celui avec lequel j'ai la sensation d'avoir le plus d'atomes crochus.
Souvent je me sens plus proche de lui car il est celui qui me réclame le plus, qui demande mes câlins et mes bisous, qui vient s'assoupir près de moi dans mon lit. Celui qui a les plus beaux yeux rieurs que la Terre ai porté, qui sait me faire dire oui même lorsque je pense très fort non. Celui qui sait me donner le sourire même lorsque les situations ne prêtent pas à rire. Aussi sans soute parce que c'est le petit dernier (même si ce n'est pas ce que nous souhaitons).

C'est pour ça que je t'aime comme ça et lui autrement.
Parce que vous êtes différents que mon amour l'est aussi.
Ce qui ne m'empêche pas de vous aimer tout autant. Aussi fort l'un que l'autre. Ni plus, ni moins. Mais pas de la même façon tout simplement.
Il y a mon amour pour toi. Et mon amour pour lui.

2 commentaires:

  1. J'ai tellement aimé cet article, je dois t'avouer que le titre m'a fait peur, je me demandais bien ou tu voulais en venir mais au final c'est vraiment un superbe article très bien écrit !! (je l'avais lu via la newsletter :D )
    Bisousss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)

      Je les aime tout les deux très très fort mais différemment.

      Bisous !

      Supprimer

A bientôt !