lundi 10 août 2015

Plus de tétine, plus de bébé à la maison...




Des semaines, pour ne pas dire des mois que je te dis et te répète que pour tes 5 ans, on t'enlèvera ta tétine. Parce que tu seras un grand. Parce que ça abîme tes dents. Parce qu'il fallait bien que ça arrive un jour.
Certains jours, tu acquiesçais. Pourquoi pas après tout ? Tu nous la donnais même cette tétine accrochée à ton doudou, nous montrant comme tu étais grand. Mais ça ne durait jamais longtemps, pas plus d'une demi-heure et tu la réclamais de nouveau à grands cris. Si bien que personne ne croyait que je te la retirerais tes 5 ans venus, pas même ConjointChéri.

Finalement, tes 5 ans sont venus et parce que je ne voulais pas que tu associes ce jour à la fin de la tétine, on a laissé passer 2 jours avant de te la prendre.
Sans le savoir, le matin où on a pris la route pour aller à la mer (2 jours après tes 5 ans), Papa retirait la tétine du doudou et moi je t'annonçais que je ne voudrais plus en entendre parler une fois de retour à la maison. 
Tu nous a épaté parce que tu n'as rien dit : pas une larme, pas une protestation. Tu t'y attendais en quelque sorte.

On a passé une agréable journée à la mer et lorsque nous sommes rentrés, tu n'as effectivement pas réclamé ta tétine, tu as mis un peu plus de temps pour t'endormir, mais si peu et ta première nuit s'est passée sans pleurs. On était tellement fiers !
Finalement, tu continues de frotter ton doudou contre ton nez mais ne plus avoir de tétine ne te pose aucun souci. Nous qui redoutions tellement ce passage, qui pensions que nos nuits seraient courtes et hachées et qu'on reviendrait sur notre décision... Tu nous a bluffé !

Depuis, ta tétine dort dans le vide-poche de la voiture sans que tu le saches (parce que c'est là que nous l'avons retiré). 
Depuis, nous n'avons plus du tout de bébé à la maison même si on ne pouvait déjà plus dire que tu en étais un. Mais cette tétine, c'était la dernière chose qui nous rappelait que tu es le petit dernier de la fratrie. Et je crois que tu resteras toujours notre bébé en fin de compte. Mais sans les "inconvénients" : couches, biberons, sac à langer, changes, siestes à gogo, restrictions dûes au jeune âge, etc...

Bravo mon , tu peux être fier de toi ! Nous, nous le sommes en tout cas
Et adieu tétine !

2 commentaires:

  1. On en est aussi à ce cap, on croise les doigts :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage !

      Je ne m'attendais pas à ce que ça se passe si bien ici parce qu'il la trimballait partout avec lui et l'avait en bouche très (trop) souvent.

      Supprimer

A bientôt !